Bio

Gavali

chanter comme je respire – chanter pour respirer

Née dans une famille où tout le monde, de tout temps, vit une valise à la main, je suis le même destin à seize ans, laissant derrière moi les Alpes suisses.

Divaguant au gré de mes amours et des aléas de la vie, je finis par rejoindre l’itinéraire du Rhône qui me ramène sur les pas de mon enfance, au temps de l’insouciance à l’odeur de l’iode et à la légèreté de l’écume.

C’est dans le delta camarguais que le fleuve achève sa course, c’est aux Saintes-Maries-de-la-Mer que le pèlerinage se termine, se ressource, puis reprend son envol vers d’autres horizons.

C’est ici que mes rêveries musicales prennent forme, grâce aux rencontres, aux amis, à la famille de sang et de cœur. Mon répertoire de « Chansons d’Exil et d’Amour » se met en place, au carrefour du jazz manouche, du swing tzigane et des compas gipsy, tels des souvenirs de soirs d’été entre marais et mer. S’y glissent mes propres compositions et textes comme on murmure une confidence autour d’un feu sous un ciel étoilé.

Chanter comme je respire ou chanter pour respirer, inspirée par le duende, la saudade, le blues, le dasein, toujours en quête de ces moments de grâce où voix et instruments s’envoûtent et se transcendent, pour enchanter encore et encore le spectateur, j’ai la chance de m’entourer de musiciens passionnés, compagnons de route d’ici et d’ailleurs, sillonnant sur les voies des musiques nomades.